Publié le

A quel âge est ce que l’on est vieux ?

A voir aussi : Bien adapter son logement

A quel âge est ce que l’on est vieux ?

Un âge pour être senior et un âge pour être vieux.

Une étude* réalisée par l’institut d’études Créatests en septembre 2016, intitulée « les français et la vieillesse » montre que les Français marquent une nette différence entre les « seniors » et les « vieux ». Selon cette étude, 67 % des personnes interrogées considèrent que l’on est « senior » entre 60 et 70 ans. 46 % que l’on est vieux entre 70 et 80 ans. Une considération basée sur l’âge plus que sur l’état d’esprit des personnes.

Seulement 11% du panel considèrent que les terme senior ou vieux peuvent s’appliquer en fonction de l’état d’esprit et le dynamisme de la personne.

Le terme senior est perçu comme étant plus dynamique que le terme vieux. Le senior est une personne d’expérience sur le plan professionnel mais aussi personnel. Le vieux est plus perçu comme une personne inactive, dépendante, qui ne peut plus faire grand chose par lui même. C’est ici une interprétation basée sur la perception des personnes interrogées. Elle ne reflète pas la réalité objective et exhaustive. En effet, il existe bien entendu, des personnes plus ou moins actives dans chaque tranche d’âge.

Vieux avant l’âge ?

Avec 16 millions de plus de 60 ans et 20 millions prévus en 2030, La France est un pays en voie de vieillissement. L’espérance de vie était en 2014 de 79,3 ans pour les hommes et de 85,4 ans pour les femmes. L’espérance de vie en bonne santé était en 2014 de 63,4 ans pour les hommes et de 64,2 ans pour les femmes vivant (en France)**.

L’espérance de vie en bonne santé, ou années de vie en bonne santé (AVBS), représente le nombre d’années en bonne santé qu’une personne peut s’attendre à vivre (à la naissance). Une bonne santé est définie par l’absence de limitations d’activités (dans les gestes de la vie quotidienne) et l’absence d’incapacités. Ainsi, l’on peut dire, qu’être malade ça donne un coup de vieux.

Quand la vieillesse est associée à la perte d’autonomie.

Le Générale De gaule, disait : « La vieillesse est un naufrage ». Nous dirions aujourd’hui la vieillesse c’est de ne plus contrôler le bateau.

Les étapes de la vie et l’affaiblissement des aptitudes physiques sont perçus comme les marqueurs de vieillesse. Notamment lorsque l’on :

  • Quitte son logement pour une maison de retraite (pour 72% des français) ;

  • Ne conduit plus en toute sécurité pour soi ou pour les autres (71%) ;

  • A besoin d’être aidé(e) dans les tâches de la vie quotidienne (courses, ménage, toilette, prise des repas…) (67%) ;

  • Éprouve des difficultés pour marcher et/ou on doit utiliser une canne (65%) ; –

  • Ne peut plus s’alimenter comme avant (baisse de l’appétit, difficulté à avaler…) (56%)

Vivre vieux ? oui, mais jusqu’à quel âge ?

Vivre plus longtemps que Jeanne Calment ne fait pas rêver les Français ! Selon l’étude, près de 2/3 d’entre eux ne le souhaitent pas (65%), même si 42% pensent que cela est possible. Assez logiquement, plus les français sont jeunes, plus ils considèrent que cela peut arriver (52% des 18-24 ans pensent que c’est possible, contre 36% des 45 ans et plus).

Rester en bonne santé

68% des français considèrent que les politiques publiques, dans leur intervention pour favoriser le « bien vieillir », doivent avant tout axer leurs efforts sur le maintien d’une bonne santé. Et cela bien avant d’aider à l’allongement de la durée de vie. Pour aller dans ce sens, 66% des français souhaitent les voir agir pour inciter la population à adopter des modes de vie qui favorisent le maintien en bonne santé, sans pour autant contraindre ou sanctionner.

75% des français voient les aides à domicile comme un moyen de permettre aux personnes âgées de rester vivre chez elles le plus longtemps possible, et ainsi faire face au manque de place dans les maisons de retraite (conséquence du vieillissement de la population française et de l’allongement de l’espérance de vie). Ils attendent une aide de l’état plus affirmée sur ce sujet : ainsi, seulement 11% des interviewés pensent que le gouvernement soutient suffisamment l’aide à domicile et 75% souhaiteraient qu’il s’investisse davantage sur ce sujet.

*1 017 répondants – échantillon représentatif de la population française Étude administrée en ligne par l’institut Créatests en septembre 2016 auprès d’un échantillon représentatif de la population française de 18 à 65 ans, selon la méthode des quotas, sans redressement statistique. Échantillon représentatif sur les critères de sexe, d’âge, de catégorie socio-professionnelle et de répartition géographique.

**  Eurostat : Healthy Life Years (from 2004 onwards) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *